> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le 25 septembre, dans le Pays welche, avec le Schwarzwaldverein (1/2)

Publié le 30 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Autres sorties

 

2011-09-25---408.JPG

 

2011-09-25---403.JPG2011-09-25---405.JPG2011-09-25---407.JPG2011-09-25---409.JPGLa randonnée commune avec le Schwarzwaldverein de Breisach s'est déroulée dans la meilleure ambiance et par un temps ensoleillé.


Une quarantaine de nos voisins d'Outre-Rhin ont été accueillis par une vingtaine de membres de Club vosgien de Colmar.


La grande randonnée était encadrée par Dany et Pierre et les 34 marcheurs ayant choisi cette option sont partis d'un bon train d'Orbey.


Petite halte sur les hauteurs pour reprendre un peu de souffle et souhaiter la bienvenue à nos invités.


Pique-nique, à midi, dans l'herbe ensoleillée ou à l'ombre.

 

Pause souvenir au Lac Noir, littéralement envahi par de nombreux promeneurs.

 

En fin d'après midi, retrouvailles de l'ensemble des participants pour un moment convivial, au Rain des Chênes à Basses-Huttes.


Discussions amicales et échanges animés entre amoureux de la marche et de la nature.


Nous avons aussi constaté qu'un bon nombre de nos invités connaissent parfaitement nos montagnes.


Rendez vous est pris pour l'an prochain en Forêt-Noire.

 

 

 

Texte et photos : Roland Rebert

commentaires

C'était le 21 septembre, au Kaiserstuhl, avec les randonneurs

Publié le 28 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "randonneurs"

 

2011-09-21---Club-vosgien---Kaiserstuhl---710.JPG

 

2011-08-23---kaiserstuhl---542.JPG2011-09-21---Club-vosgien---Kaiserstuhl---705.JPG2011-09-21---Club-vosgien---Kaiserstuhl---711.JPG2011-08-23---kaiserstuhl---545.JPG2011-09-21---Club-vosgien---Kaiserstuhl---706.JPG2011-08-23---kaiserstuhl---540---balisage.JPGTempête de soleil pour la randonnée habituelle du mercredi !

 

Trente-deux personnes se sont retrouvées à Liliental pour un départ dans l'arboretum (et sa forêt de "mammouths", voir ci-dessous), afin de rejoindre le "Lösshohlwege-Pfad", littéralement "l'itinéraire des chemins creux du loess".

 

Dans cette ambiance très particulière nous avons pu apprécier les panoramas côté Vosges et côté Forêt-Noire.

 

Repas sur les hauteurs de Bickensohl, à la Strümpfeköpflehütte, avec - surprise du jour en période de vendanges - une petite célébration de l'équinoxe...

 

Retour via l'arboretum de Liliental.

 

Autre aimable surprise : se sont joints à nous des randonneurs (et guides) des Clubs vosgiens de Labaroche et de Rouffach.

 

 

Photos : Denis

commentaires

Mercredi 5 octobre – Randonnée de Badenweiler au Blauen

Publié le 26 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "randonneurs"

 

2011-10-05-b.jpg

 

2011-10-05-c.jpg2011-10-05-a-copie-1.jpgNotre prochaine randonnée nous mènera de Badenweiler au sommet du Blauen (1 165 m).

 

De là, nous admirerons, si la météo nous est favorable, en plus de la Forêt-Noire et des Vosges, les Alpes et le Jura.  Nous découvrirons aussi de nombreux abris ainsi qu’une forêt très protégée.

 

Caractéristiques de la randonnée : distance = 15 km ; altitude mini = 490 m ; altitude maxi = 1 165 m.

 

Équipement : chaussures de randonnées, vêtement de pluie…

 

Possibilité de restauration : un seul plat, pour limiter le temps d’arrêt à une heure environ.

 

Rendez-vous à 8 h 30 au parking de l’hôpital Pasteur de Colmar pour le covoiturage. Retour vers 18 heures.

 

Guides : Robert Brendel, Yves Thomann et Michel Rebert

 


 

Info : la randonnée programmée le dimanche 2 octobre est annulée. Les deux guides sont en stage.

 


 

BADENWEILER

 

Badenweiler possède une longue histoire, dans laquelle la culture thermale a toujours joué un grand rôle…

 

Son histoire remonte à l’antiquité : les vassaux de l'empereur romain Vespasien (69 à 79 après J.-C.) découvrirent les sources de cure, et dénommèrent l’endroit d'où elles prenaient leur source « Aquae Villae », qu'on peut traduire par "ville de l'eau". C'est déjà en l'an 75 que les citoyens romains commencèrent à construire des bains romains, dont les vestiges sont encore visibles au-dessous de l’établissement de thermes Cassiopeia, dans le parc thermal. Il est possible de visiter ces vestiges, témoins de l’architecture romaine et de cette « culture » des bains. Les vestiges des bâtiments de bains romains de Badenweiler sont considérés comme les ruines de bains les mieux conservées en Allemagne. Badenweiler offre ainsi un regard en arrière sur près de 2 000 ans d’une histoire thermale très riche.

 

Le « plus » de la randonnée : à la fin de la journée, les randonneurs pourront se relaxer dans les eaux thermales des différents bains à 30 à 34° C. (entrée = 10,30 € par personne pour un groupe de dix ; ouvert jusqu’à 22h).


commentaires

C'était le 20 septembre, vers le Haut-Kœnigsbourg, avec le collège de Fortschwihr

Publié le 24 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans École ouverte

 

2011-09-20---Club-vosgien---College-de-Fortschwihr---Haut-.JPG

 

2011-09-20---Club-vosgien---College-de-Fortschwih-copie-1.JPG2011-09-12---Club-vosgien---Haut-Koenigsbourg---627---balis.JPG2011-09-12---Club-vosgien---Haut-Koenigsbourg---625.JPG2011-09-12---Club-vosgien---Haut-Koenigsbourg---630.JPGComme l'année dernière à la même période, les classes de 3e du collège de Fortschwihr, avec leurs correspondants allemands, ont profité d'une belle journée de plein air.

 

Après la visite du château du Haut-Koenigsbourg de 9 h à 11 h, les quarante-six collégiens, avec quatre professeurs, ont été guidés par Viviane, Claudette et Denis, membres du Club vosgien de Colmar, jusqu'à Saint-Hippolyte.

 

Neuf kilomètres avec parmi les points forts : la fontaine de Guillaume II, la fontaine du Chevreuil, la gloriette du Club vosgien de Saint-Hippolyte, le rocher de la Justice.

 

Après le pique nique à Teufelsloch, montée dans l'ancien vignoble du Langenberg, avec son panorama (sur la photo : le village de Rodern) et son étrange forêt de robiniers faux acacias.

 

Retour à Saint-Hippolyte après une halte à la table d'orientation.

 

Une journée très sympathique et bien remplie.

 

 

Photos : Denis

commentaires

C'était le 14 septembre, dans les Vosges du nord, avec les seniors

Publié le 22 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "seniors"

 

2011-09-14---111.jpg

 

2011-09-14---123.jpg2011-09-14---128.jpg2011-09-14---133.jpg2011-09-14---135.jpg2011-09-14---137.jpgPour cette dernière sortie d’une journée entière, nous avons pris la direction des Vosges du Nord.

 

Après une petite promenade pour une mise en jambes le matin, nous nous sommes arrêtés à l’auberge d'Imsthal en pleine forêt.

 

Cadre plaisant, repas délicieux.

 

L’après-midi nous avons randonné à travers forêts et rochers bien particuliers de ces Vosges en direction de La Petite Pierre, où nous avons pu voir le château construit au XIIIe siècle, consolidé par des fortifications dues à Vauban.

 

Journée un peu particulière, car ce fut la 850e sortie du club des seniors. Certains en restèrent bouche-bée !

 

Texte et photos : Suzy Lidy


commentaires

Mercredi 28 septembre - Sortie seniors à Saint-Ulrich et à Solden

Publié le 20 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "seniors"

 

Hexental-b.jpg

Hexental

 

Après les visites des abbayes d'Alpirsbach et de Hirsau, nous nous rendrons le mercredi 28 septembre à Saint-Ulrich et à Solden (au nord de Staufen, dans le pays de Bade).

 

Ces localités étaient au Moyen Âge le siège de deux prieurés dépendant également de l'Abbaye de Cluny en Bourgogne. Après les visites de ces deux sites remarquables une promenade sans difficulté d'environ 2 heures se déroulera dans les environs (Hexental).

 

Bonnes chaussures et cannes sont recommandées.


Les inscriptions ont lieu à l’agence LK-Tours, Passage Saint-Martin à Colmar le jeudi 22 septembre à partir de 9 h. Prix : 13 €


Départ : 13 h 15 à Colmar, Gare et Place Saint-Joseph.

Retour prévu à 18 h.

 

Les accompagnateurs sont : G. et M. Bailly, B. Studer, H. Higelin


commentaires

Du 1er au 12 avril 2012 - Le Club vosgien de Colmar organise un voyage au Népal

Publié le 18 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Autres sorties

 

2012-04 - Népal a« Sur le chemin qui mène aux plus hauts sommets du monde, le Népal est une étape d'équilibre et de sérénité, dont on ne revient jamais tout à fait pareil, mais à coup sûr plus lumineux. »

 

 Le Club vosgien de Colmar organise du 1er au 12 avril 2012 un séjour au Népal.

 

Téléchargez le programme complet en cliquant ici

 

(une page Windows Live s'ouvre, cliquez sur le fichier "Népal - avril 2012.pdf" - pour l'ouvrir ou l'enregistrer ; le bulletin d'inscription est en dernière page du document)



Ci-dessous, un abrégé du programme

 

Jour 1 – Dimanche 1er avril – Colmar - Frankfurt - Abu Dhabi

 

2012-04---Nepal-b.jpgJour 2 – Lundi 2 avril – Abu Dhabi - Katmandu

 

Katmandu est la capitale royale et religieuse du Népal. Cette ville, située à 1 350 m d'altitude, au confluent de deux rivières, la Bagmati et la Bishnumati, et encerclée par des montagnes de taille moyenne dans les contreforts de l'Himalaya, est devenue célèbre dans les années 1960 : elle était la destination favorite des voyages hippies.

 

 Jour 3 – Mardi 3 avril – Katmandu

 

Visite du stupa de Swayambhunath, l’un des plus anciens sanctuaires bouddhiques du monde. Visite de Katmandou : Durbar Square, autour de laquelle s'élèvent plusieurs temples dédiés à Vishnou et Shiva. Découverte du Palais d'Hanuman Dhoka et ses toits superposés, le monastère de Kumari, le temple de Bhimsen, le sanctuaire royal de Teleju.

 

2012-04---Nepal-c.jpgExcursion vers les plus grands lieux de pèlerinage de Pashupatinath, parfois surnommé  « la Bénarès du Népal ». Pashupatinath est le plus sacré de tous les temples hindous au Népal et l’entrée dans l’enceinte du temple est interdite aux non-Hindous. Pashupatinath réunit dix mille pèlerins et dévots du Népal et de l’Inde lors du festival de Mahashivaratri. À Budhanilkantha, le « Narayana couché sur les eaux » est la plus grande statue de Vishnou allongé de la vallée.

 

 Découverte du stupa géant de Bodnath, grand centre de pèlerinage qui attire des fidèles venus de tout l’Himalaya. Grand stupa blanc haut de près de 40 mètres. Il est également orné des « yeux du Bouddha » et passe pour être le plus ancien chaitaya du Népal après celui de Swayambhunat.

 

 Jour 4 – Mercredi 4 avril – Katmandu

 

Visite de Bungamati, un village encore préservé où se superposent les rizières et qui possède deux temples magnifiques. Le temple Rato Machendranath en stuc blanc est surmonté de quelques belles sculptures et a été réalisé dans le style shikhara. L‘autre temple a été dédié à Ganesh et ouvre les portes de Khokana, village à l’atmosphère moyenâgeuse extrêmement réputé pour l’huile qu’on extrait des graines de moutarde.

 

2012-04---Nepal-d.jpgLe temple de Rudrayani s’élève pour rendre hommage à la déesse Shikali Mai dans ce village à l’activité rurale inchangée depuis des siècles.

 

Découverte de Patan, la « ville de beauté », avec ses pagodes de briques rouges, son ancien palais royal, ses nombreux temples et monastères  aussi bien hindous que bouddhiques qui en font un musée en plein air.

 

 Jour 5 – Jeudi 5 avril – Katmandu / Bandipur

 

Bandipur, petit village perché sur une colline et offrant une vue spectaculaire sur la vallée Marshyangdi et l’Himalaya. La vallée de Katmandu est encerclée par de hautes montagnes. La quitter prend du temps, quelle que soit la direction.

 

Marche jusqu’à Tudhikel  qui offre une vue panoramique à 180° sur les remparts himalayens au nord et la vallée Marshyangdi : le Manaslu (8 162 m), le Ganesh Himal (7 400m), etc. Les siècles passés, les commerçants se réunissaient sur cette corniche plate où on achetait des produits indiens ou tibétains avant d’entamer la longue marche vers Lhassa.


2012-04---Nepal-e.jpgRandonnée de 1 h 30 jusqu’à Siddha Gufa puis visite de la grotte Siddha Gufa, la plus grande d’Asie du Sud, et qui a été découverte en 1987. Cette caverne de la taille d’une cathédrale est remplie de stalactites et de stalagmites ainsi que de chauves-souris...


 Jour 6 – vendredi 6 avril – Bandipur / Pokhara

 

L’Himalaya apparaît sur l’horizon comme une majestueuse chaîne de montagnes beaucoup plus proche que depuis Katmandu. La rivière Seti et ses affluents ont creusé d'impressionnants canyons dans le fond de la vallée, seulement visibles à partir de points de vue élevés ou dans les airs. À l'est de Pokhara, la ville de Lekhnath fait suite dans la vallée.


Au sud, la ville est bordée par le lac Phewa (d'une superficie de 4,4 km2 pour une altitude d'environ 800 m au-dessus du niveau de la mer) ; au nord, à une altitude de près de 1 000 m, la périphérie de la ville touche le pied de la chaîne des Annapurna. Il n'y a pas d'autres endroits au Népal où les montagnes s'élèvent aussi vite. Dans cette zone, sur moins de 30 km, l'altitude passe rapidement de 1 000 m à plus de 7 500 m. Le Dhaulagiri, la chaîne des Annapurna et celle du Manaslu, qui culminent chacun à plus de 8 000 m d'altitude, peuvent être vus de Pokhara. Les montagnes dominent tout l'horizon nord de la ville et sont une source constante de contemplation et d'admiration pour les touristes et les habitants. De l'autre côté de la ville, il y a un lac du nom de Phewa Tal, trois grottes (Mahendra, Bat et Gupteswor) et une impressionnante chute (Patale Chhango) où l'eau du lac Phewa gronde à l'intérieur d'un trou et disparaît.


2012-04---Nepal-f.jpgLa vallée de Pokhara et la cascade de Devi : cette cascade est alimentée par la Pardi Khola qui se jette dans un gouffre puis disparaît sous terre. Le temple Bindebasani est le lieu religieux le plus célèbre de Pokhara. Le temple, consacré à la déesse Durga, est une structure fleurie construite sur une minuscule colline qui domine la ville. La gorge de Seti est constituée par la rivière Seti, blanche et laiteuse, qui traverse Pokhara et se perd ensuite en des souterrains tellement profonds qu'on ne peut les voir. C'est en raison du caractère poreux du sol qui est riche de pierre à chaux.

 

 Jour 7 – Samedi 7 avril – Pokhara

 

Départ par la route jusqu’à Tansen. Cette petite ville, perchée en haut de la montagne vous permettra d’imaginer ce que devait être le Népal d’autrefois. On surnomme cette ville « la petite Kathmandu ». De Tansen, marche de deux heures qui vous conduira à la pagode de la Paix dans le Monde par un itinéraire panoramique. Perchée sur une étroite corniche au-dessus du lac Phewa Tal, la blanche pagode de la Paix a été construite par des moines bouddhistes d’une organisation religieuse japonaise. L’itinéraire pédestre longe des rizières, puis traverse une superbe forêt. Après avoir fait le tour de la pagode, vous redescendrez en une heure par une route plus directe vers le lac Phewa.

 

En arrivant, les bateliers vous font traverser le lac Phewa (une heure de bateau). Visite du temple Barahi situé au milieu du lac. Croisière à ne pas manquer. C’est le deuxième lac du Népal par la taille. Par beau temps, les montagnes de l’Annapurna se reflètent à la perfection dans les eaux calmes du lac.

 

2012-04---Nepal-g.jpgJour 8 – Dimanche 8 avril – Pokhara / Katmandu / Nagarkot

 

Lever de soleil à  Sarankot, perché à l’extrémité d’une crête à 1 900 mètres. Le village se trouve juste en dessous de la crête et une série de marches grimpe vers un point de vue spectaculaire. La vue sur le Dhaulagiri (8 167 m), l’Annapurna Sud (7 937 m) et le Macchapuchare (6 997 m), la montagne en « queue de poisson » est superbe. L’excursion est quasi mystique.

 

Marche plaisante à travers de nombreux villages pour redescendre vers Pokhara. À l’arrivée, continuation vers Nagarkot situé à 30 km à l’est de Katmandu. C’est un site exceptionnel situé à 2 000 mètres d’altitude au cœur de la nature ou l’on jouit d’une communion avec les paysages. Il est possible de voir cinq des dix plus grands sommets au monde et par temps clair, le lever ou le coucher du soleil sur la chaine des montagnes  de l’Himalaya offrent un spectacle inoubliable. C’est sans doute le meilleur endroit d’où contempler l’Himalaya.

 

Jour 9 – Lundi 9 avril – Nagarkot / Katmandu

 

Telkot : de là petit trekking de 2 h 30 environ à travers la campagne pour arriver à Changu Narayan. Le magnifique temple de Changu Narayan se dresse au sommet d’une colline à l’extrémité est de la vallée.

 

Continuation vers Bhaktapur, la « cité des croyants » à travers ses ruelles médiévales pavées de briques et bordées de nombreuses échoppes. Bhaktapur, capitale de la vallée de Katmandu entre le milieu du XIIe et la fin du XVe siècle. Des trois anciens royaumes de la vallée, c’est le plus traditionnel. Mieux que tout autre endroit de cette vallée, il préserve l’ambiance et le charme d’une ville newari médiévale.

 

Visite de la porte dorée, de ses principaux temples, de la place Taumadhi Tol dominée par le temple de Nyatapola, le plus élevé du Népal et promenade dans le bazar.

 

2012-04---Nepal-h.jpgJour 10 – Mardi 10 avril – Katmandu

 

Le village de Panauti se situe à six kilomètres au sud de Banepa, une ville plus importante. Ce charmant village est à voir pour son caractère authentique et son ensemble religieux splendide, étonnant pour un village si restreint. Panauti est un ancien petit état donné par le roi Bhupitendra Malla à sa sœur comme dot. C’est une des plus vieilles villes du Népal. À la fin du XIIIe siècle, Panauti fut intégré au royaume unifié du Népal, au côté de Katmandu, Patan et Bakthapur qui en étaient les capitales.

 

Visite de Dhulikhel. C’est une ville authentique, très renommée pour ses points de vue panoramiques sur l’Himalaya comme de l'Everest, du Langtang, de Ganesh Himal…

 

Jour 11 – Mercredi 11 avril – Katmandu – Abu Dhabi

 

Jour 12 – Jeudi 12 avril – Abu Dhabi - Frankfurt – Colmar

 

2012-04---Nepal-i.jpg


Sur la base de 25-30 personnes, le prix du séjour est de 2 845 € ; voir les détails et les conditions complètes sur le document à télécharger.

 

Les inscriptions sont enregistrées par Danièle Desmoulins  4 Rue du 2 Février – 68920 Wintzenheim – 03 89 27 04 18,  jusqu’au lundi 31 octobre 2011, en fonction des places disponibles.

 

Jean Klinkert, président du Club vosgien de Colmar accompagnera ce voyage d’exception.

 

commentaires

C'était le 7 septembre, au Taennchel, avec les randonneurs

Publié le 16 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "randonneurs"

 

2011-09-07---Club-vosgien---Taennchel---605.JPG

 

2011-09-07---Club-vosgien---Taennchel---619.JPG2011-09-07---Club-vosgien---Taennchel---617.JPGBelle matinée pour les vingt-trois randonneurs, en route vers le mythique massif du Taennchel.

 

Le repas de midi, tiré du sac, a été humide, bien que pris à l'abri !

 

L'après-midi a confirmé le gris du ciel...

 

Mais les randonneurs mouillés n'en ont gardé aucune rancune à leur guide, Pierre.

 

 

Photos : Denis

commentaires

Mercredi 21 septembre – Randonnée au Kaiserstuhl

Publié le 14 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Sorties "randonneurs"

 

2011-05-21---kaiserstuhl---211b.JPG

 

2011-05-17---kaiserstuhl---188.JPGAu programme de cette journée : l’arboretum de Liliental et l’itinéraire des sentiers creux du lœss, autour de Bickensohl.

 

Caractéristiques techniques : distance = 16 km ; dénivelé = 480 mètres ; temps de marche = 4 heures 45

 

Repas tiré du sac. Équipement : chaussures de randonnées, vêtement de pluie…

 

Rendez-vous à 8 h 30 au parking de l’hôpital Pasteur de Colmar pour le covoiturage. Retour vers 18 heures.

 

Le départ de la randonnée aura lieu à 9 h 15 à Liliental, sur le parking près de l’auberge. (De Colmar à Liliental, 32 km. Direction Breisach ; après le pont sur le Rhin prendre le rond-point à gauche, vers Breisach et aussitôt à droite vers Ihringen – L114 ; traverser Ihringen, 2 km après le village prendre à gauche la direction Lilienhof ; 3 km plus loin, au bout de la route, stationner sur le parking indiqué)

 

Guide : Denis

 


 

LE KAISERSTUHL

 

2011-05-17 - kaiserstuhl - 174 - balisageLe Kaiserstuhl, d’origine volcanique (environ 15 millions d'années), s’étend sur environ 16 km du nord au sud, 12 km de l’ouest à l’est. Son nom « Trône de l’Empereur » serait l’évocation d’une journée de jugements en 994, par le roi Otton III (deux ans avant son couronnement en tant qu’empereur)…


Son point le plus élevé est le Totenkopf (« La Tête de mort », 557 m), facilement repérable par son antenne de télécommunications. Il héberge de nombreuses plantes rares, comme par exemple des orchidées, et est le lieu de nombreuses randonnées pédestres avec des vues splendides sur la Forêt-Noire, la plaine d'Alsace et les Vosges.


Il règne, à certains endroits du Kaiserstuhl, un climat à tendance méditerranéenne, sec du fait des Vosges qui font naturellement barrière à la pluie en provenance de l'océan Atlantique. Ceci explique la présence importante d'espèces animales et végétales aimant la chaleur. C’est, par exemple, l'un des lieux qui présente la plus grande diversité d'orchidées en Europe (plus de trente espèces recensées). Ici vivent également des lézards verts et des mantes religieuses , des espèces plutôt familières dans le bassin méditerranéen. Le chêne pubescent, également présent dans le massif, est une plante commune en Europe du sud. Ces espèces vivent dans une aire biologique disjointe, donc séparées de leur zone de répartition normale. Ceci est un reliquat d'une période chaude post-glaciaire durant laquelle régnait un climat nettement plus doux dans une vaste région qui englobait le Kaiserstuhl. À la fin de cette période chaude, ces espèces n'ont pu survivre dans la région que dans ce massif bénéficiant d'un microclimat.

 

LA TRANSFORMATION DU PAYSAGE ET SES CONSÉQUENCES

 

Des terrasses ont été aménagées très tôt pour permettre l'exploitation agricole de cette terre fertile. Ces terrasses sont aujourd'hui majoritairement utilisées pour la culture de la vigne mais aussi pour la culture d'arbres fruitiers ou des légumes.


Vers 1950, on commença à regrouper les anciennes terrasses. Cela se transforma ensuite en remembrements plus importants qui modifièrent par endroit complètement l'aspect originel du site. Les transformations les plus importantes eurent lieu entre 1970 et 1980.


Ces travaux n'ont pas été sans conséquences sur l'environnement. Ainsi, en 1983, le Kaiserstuhl a reçu l'équivalent d'un tiers des précipitations moyennes annuelles durant la seule semaine de la Pentecôte, ce qui eut pour conséquence d'importants dégâts dus au ruissellement incontrôlé des eaux qui ont provoqué l'effondrement de nombreux talus et terrasses avec leur végétation. Depuis 1982, les exploitants s'appliquent à réhabiliter la forme des terrasses afin de corriger les défauts les plus importants de cette transformation du milieu naturel.

 

LE LÖSSHOHLWEGE-PFAD

 

2011-05-17---kaiserstuhl---191b---balisage.JPGLe Lösshohlwege-Pfad, littéralement l’itinéraire des chemins creux du lœss est l’une de ces balades étranges et superbes sur un site où le lœss s’est déposé de manière spectaculaire sur plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur.


Le lœss, roche sédimentaire, est une terre limoneuse meuble, de couleur jaune-brun. Elle est généralement riche en calcaire, fertile, composée d'éléments fins, qui a le plus souvent été transportée par le vent et que l'on trouve en de nombreuses régions du globe comme la Chine, l'Europe centrale, la vallée du Rhin, l'Amérique du Nord, l'Argentine.


Le mot est issu de l’allemand Löß, formé vers 1845 par le géologue von Leonhard, probablement à partir de l’alémanique lösch « peu compact, meuble ». Los signifiant « détaché, qui ne tient pas ». L’étude du lœss est importante pour ce qui concerne l’étude du paléoclimat. Les dépôts de lœss constituent une véritable archive du climat.


Le lœss s’installe à l’ère quaternaire (2,5 Ma). Il se dépose en période froide et sèche et recouvre le sol comme un couvercle dont l’épaisseur atteint 40 mètres dans le Kaiserstuhl. Le lœss de couverture le plus récent date de la fin du Wurm et s'est déposé il y a 25 000-13 000 ans (à la même époque que la dernière glaciation de nos régions).


Les seuls restes fossiles que l'on trouve dans le lœss sont des ossements de mammifères et de petites coquilles de mollusques, plutôt terrestres qu'aquatiques. Quand le lœss repose sur un sous-sol perméable, il constitue des terres très fertiles. En effet, les terres lœssiques sont réputées favorables à l'agriculture, en particulier grâce à leur capacité de rétention en eau. Les régions lœssiques sont traditionnellement des terres à blé, par exemple : la Beauce ou, en Chine du Nord, la vallée du Fleuve jaune (voir la note ci-dessous)


Les chemins dans le lœss se sont creusés par l’action des hommes, des animaux, des moyens de transport (par exemple les « Ochsenkarren », chars à bœufs). Ils sont progressivement lavés par l’érosion et deviennent imperméables. Cette structure géologique favorise les microclimats (zones chaudes, mais fraiches à l’ombre) et la richesse des écosystèmes particuliers riches en diversité d’animaux et de plantes.


L’aménagement des terrasses, en particulier pour l’exploitation du vignoble, existe depuis le Moyen-Âge.


C’est depuis les années quatre-vingts que ces zones sont mises en valeur, entretenues, conservées et protégées. Mais 80 % des « Hohlgassen » sont maintenant perdus.


La technique des « feux de broussailles » se pratique en hiver pour la régénération. Ils sont sans danger pour les animaux hivernant : la température est d’environ 60°C au sol alors qu’elle atteint 650°C à hauteur des genoux.

 

Note : En Chine, les problèmes d'érosion peuvent devenir catastrophiques. Les taux d'érosion de ces régions agricoles sont considérables. Les désordres concernent non seulement l'agriculture mais le fonctionnement hydrologique (avec ses conséquences sur les écosystèmes aquatiques sur l'ensemble du tracé des cours d'eau) et la remise en suspension des sédiments lœssiques qui entraînent de véritables tempêtes de sable jusque dans la région de la capitale chinoise. Il s'agit d'un véritable processus de désertification.


commentaires

Dimanche 25 septembre - Le Club vosgien de Colmar et le Schwarzwaldverein dans le Pays welche

Publié le 12 Septembre 2011 par Club vosgien Colmar dans Autres sorties

 

2007-10-31---club-vosgien-a-orbey---001-copie-1.jpg

 

Le dimanche 25 septembre, la traditionnelle randonnée commune avec le Schwarzwaldverein de Breisach conduira les randonneurs sur les hauteurs d’Orbey, au cœur du Pays welche.

 

Deux parcours sont proposés, sans difficultés particulières, offrant de superbes vues panoramiques et des promenades ombragées aux randonneurs. Ils se retrouveront  en fin d’après-midi pour un moment de convivialité, à la ferme-auberge du Rain-des-Chênes.


2010-05-19 - club vosgien - orbey, lac blanc, lac noir, wetPOUR LES RANDONNEURS AGUERRIS


Départ d’Orbey (524 m), Chapelle Saint-Genest, Creux d’Argent, le Bocheney (982 m), sentier panoramique du Lac Blanc (1 121 m), Lac Noir par le sentier Cornelius, Hautes-Huttes, Basses-Huttes « le Coin ».


Durée = 5 h 30, distance = 16 km, dénivelé cumulé positif= 650 m (négatif = 400 m)


2010-05-19---club-vosgien---orbey--lac-blanc--lac--copie-2.jpgPOUR LES AUTRES MARCHEURS


Départ du Col du Calvaire (1 144 m), Carrefour Duchesne, Tête des Faux (1 220 m), Roche du Corbeau, Étang du Devin (926 m), Surcenord, Col du Calvaire.


Durée = 4 h, distance = 11 km, dénivelé cumulé positif = 390 m.

 

 

Le repas sera tiré du sac pour le déjeuner. Un bon équipement et des chaussures de randonnée sont indispensables pour les deux circuits.


Départ Gare de Colmar à 9 h 20. Inscriptions jusqu’au vendredi 23 septembre à midi à l’agence LK-Tours, Passage Saint-Martin à Colmar. Coût du déplacement : 13 €


Guides et accompagnateurs : Dany Thomann, Pierre Wiss, Christine Wurtz, Viviane Schaal, Bernard Studer.


Contact : 06 81 37 14 24


commentaires
1 2 > >>