> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le dimanche 13 septembre 2020 à Masevaux

Publié le 25 Octobre 2020 par Club vosgien Colmar in Autres sorties

Partis à 12, à 9h30, soit une heure plus tard que d’habitude, dimanche oblige…nous nous sommes retrouvés à l’annexe Stoecken, réservoir d’eau potable au sud de Masevaux sur les hauteurs à 480m.
Masevaux (Masmünster) doit son nom au comte Maso, petit-fils légendaire du duc Etichon, père de sainte Odile, qui fonda en 728 un couvent et fit construire une église dans la vallée de la Doller en mémoire de son fils noyé accidentellement dans la Doller.
Nous nous engageons dans un chemin forestier (rectangle bleu) qui monte dans le Stoeckenwald. Après une bonne heure de marche et passés par une magnifique hêtraie, nous abordons un petit vallon où sis une charmante ferme-auberge Bruckenwald (750 m) où l’on peut déguster une excellente tourte (ce qui a été fait lors de la reconnaissance).
Nous poursuivons sur un sentier qui serpente en terrain découvert à travers les fougères, puis nous laisse une très belle vue sur la vallée encadrée dans son écrin de sapins. Ce sentier conduit au lac Lachtenweiher où nous prenons notre pause déjeuner.
Ce minuscule et paisible lac de 1,5 ha et 3 m de profondeur avec sa retenue de terre est logé dans un fond nommé Baerenloch. Il se prête aux récits mystérieux et légendaires comme le rapporte Daniel WENGER. «On dit qu’un esprit démoniaque cherche par tous les moyens à attirer les hommes dans les profondeurs où se trouve son royaume. Dès qu’un malheureux s’approche des bords du lac, l’esprit malin l’appelle, siffle, chante, joue même de la flûte pour le séduire et l’attirer dans la mort. Chaque fois qu’un désespéré va au fond de l’eau un rire diabolique résonne dans la montagne, les flots s’agitent, écument, tourbillonnent et le cadavre est rejeté sur les bords. Les âmes des victimes errent sans repos dans les alentours. Seul un philanthrope peut leur venir en aide, voulez-vous l’être ? Jetez une assiette en or dans l’eau du lac et leurs pauvres âmes seront délivrées».

Du lac nous ne pouvons nous empêcher d’en faire le tour pour admirer à son extrémité un «champ» de nénuphars en fleurs qui a fait l’objet de nombreuses photos de la part des spécialistes. Nous suivons  quelques minutes la route qui mène à l’ancienne ferme-auberge qui surplombe le plan d’eau. Nous montons dans une hêtraie puis le sentier (rectangle bleu) nous conduit à la ferme-auberge du Lochberg, d’où nous rejoignons en 5 minutes le col de la Fennematt. Plus bas se situe la source de la Doller, mais nous ne traversons pas le col et à la palissade nous reprenons vers la gauche en une boucle le chemin de retour sur un large sentier se dessinant dans les pâturages vers le col du Lochberg avec sa vierge (979m).

Là nous tombons sur le chemin des crêtes ( rectangle rouge) que nous suivons pour monter dans les gazons au Baerenkopf (1074m d’altitude). Une pause attablés près du chalet du club alpin nous permet de jouir du panorama. Dans la descente raide du Baerenkopf nous restons sur le côté gauche de la muraille, puis sur le côté droit en entrant dans une sapinière d’épicéas. Arrêtés par un panneau du club vosgien annonçant une déviation pour travaux forestiers terminés fin juillet !!, nous reprenons le sentier d’origine jusqu’à la roche Marchal à 1022m d’altitude qui nous offre un superbe panorama, occasion de faire une lecture de paysage (entre autres avec l’application de Jean qui donne le nom des sommets).
Nous poursuivons pour nous arrêter à l’abri du Neuenberg, face à une grande surface probablement d’épicéas malades rasée par les bûcherons.
Au Sudelbusch nous nous dirigeons sur le sentier de droite plus dégagé maintenant au Sudel (914m) où nous continuons notre marche pour descendre vers la vallée. Toujours sur le rectangle rouge nous longeons en lacets le flanc de la montagne et retombons plus bas sur un chemin forestier que nous suivons quelques minutes.
Dernière pause ensoleillée à l’abri chalet Oberen Grambaechle avec une très belle vue en terrasse. Nous poursuivons la descente et après le grand tournant à gauche nous sortons de la forêt  et longeons une maison de convalescence clôturée pour revenir au réservoir du Stoecken, terme de notre sortie.

Heureux de retrouver nos voitures, de quitter nos chaussures de randonnée et de pouvoir s’asseoir… Certains goûtent l’eau potable du Stoecken, et ses bienfaits de la réhydratation, surtout après 15,6 km et 5h de marche, 600 m de dénivelé et une météo de fin d’été idéale pour la randonnée.

Daniel

belle hêtraie

belle hêtraie

ferme-auberge de Bruckenwald

ferme-auberge de Bruckenwald

groupe à Masevaux

groupe à Masevaux

nénuphars sur le lac Lachtenweier

nénuphars sur le lac Lachtenweier