> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le 30 avril, vers les Trois-Épis, Labaroche et le Petit-Hohnack, avec les randonneurs

Publié le 13 Mai 2013 par Club vosgien Colmar in Sorties "randonneurs"

 

2013-04-30-b.jpg

 

2013-04-30-a.jpg2013-04-30-c.jpg2013-04-30-d.jpg2013-04-30-e.jpg2013-04-30-f.jpgLes météorologistes avaient pronostiqué pour le 30 avril : « journée pluvieuse », les guides avaient affiché :
« randonnée de 24,5 km et dénivelé de 900 mètres ». Ce sont ces paramètres qui, en partie, expliquent pourquoi nous nous sommes retrouvés à douze randonneurs.

Le départ était situé à Turckheim et nous avons rejoint les Trois-Épis en passant par la chapelle Saint-Wendelin, Hunnabuhl et la Croix Roggenmoser.

Les Trois-Épis, quelle est l’origine de ce nom ? La vierge est apparue à un forgeron d’Orbey, Thierry Schoeré en 1491, elle tenait dans une main trois épis (signe de la Trinité) et dans l’autre un grêlon. Ce signe a été interprété comme un appel à la piété. À partir du XVIe siècle de nombreux pèlerinages eurent lieu et des communautés religieuses se sont installées sur le site. Aujourd’hui, les pères rédemptoristes sont présents, ils ont rénové le lieu d’accueil des pèlerins et des groupes et ils ont ré-ouverts une boutique où sont en vente des produits monastiques et bio. Les Trois-Épis est un hameau partagé entre les communes d’Ammerschwihr, Niedermorschwihr et Turckheim.

Nous nous sommes dirigés vers Labaroche-Place en passant par Labaroche-Église. Nous avons déjeuné ou sorti le casse-croûte à l’hôtel-restaurant des Tilleuls. Nous avons reconnu unanimement la qualité de l’accueil et des mets proposés pour un prix modéré. Nous recommandons d’ailleurs cet établissement !

Nous avons ensuite rejoint Turckheim en passant par le Hohnack, les gîtes, Obschel ; les Trois-Épis et Niedermorschwihr pour arriver à Turckheim vers 16 h 30.

Bilan de la journée : bonne humeur et satisfaction générales, pluie très fine à partir de 13 h 30, parcours allégé à 21 km avec un dénivelé de 660 mètres. Le groupe présent a répété le dicton bien connu :
« Les absents ont toujours tort ».

 




Texte et photos :
René et
Guy