> L'actualité du Club vosgien de Colmar

Mercredi 17 septembre - Randonnée vers le Rossberg

Publié le 12 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Randonneurs

Mercredi 17 septembre - Randonnée vers le Rossberg

Ce mercredi 17, le Club vosgien de Colmar propose une randonnée du col du Hundsruck au col de Rimbach en passant par le Thanner Hubel, Gsang, Belacker, Vogelstein et retour par le Rossbeg.

  • Distance : 17 km
  • Dénivelé :700 m
  • Durée de marche : 6 h environ
  • Équipement : chaussures de randonnée, bâtons, vêtements de pluie
  • Repas tiré du sac
  • Retour à Colmar vers 18 h 15

Rendez-vous à 8 h 30 au parking du capitaine Dreyfus de Colmar pour covoiturage

Guides : Dany Thomann avec Pierre Wiss

commentaires

C'était en août, avec les randonneurs

Publié le 9 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Randonneurs

C'était en août, avec les randonneurs

Mercredi 6 : au Feldberg

Le sommet du Feldberg était la destination principale de la randonnée pédestre du 6 août.

Vingt randonneurs  ont profité de cette belle journée pour une visite guidée de la Forêt-Noire.

Une déviation imprévue peu après Fribourg nous aura permis de découvrir quelques jolis villages non prévus au programme.

De Rinken nous avons contourné le massif du Feldberg par le côté nord pour arriver à l'auberge Zastler Hütte avant de rejoindre la Wihelmer Hütte, la plus ancienne du massif.

Une montée un peu raide par la suite nous a amené au sommet du Feldberg.

Nous n'étions pas seuls, les Allemands, grâce au télésiège, y étaient présents en masse.

Direction le Bismarck Denkmal d'où nous pouvions voir, entre autre, le Feldsee.

Après une courte restauration, descente vers le Feldsee, magnifique lac dans son écrin de verdure puis direction l'auberge Raimartihof.

De là, après une montée régulière de trois kilomètres, retour à  Rinken.

Et à Colmar vers 18 h.

Texte : René, photos : Michel

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

Mercredi 13 : à Fréland

Gros temps !

Cette randonnée était initialement programmée à Saverne (mais la circulation promettait d'être difficile sur la N83 et l'A35...), ensuite à Ferrette (mais la météo n'était pas enthousiasmante : pourquoi se faire mouiller à Ferrette alors qu'on peut le faire à proximité de Colmar ?), enfin à Fréland...

Ce qui devait arriver arriva et les participants décident d'écourter la sortie.

Mais ultime pied de nez, vers 14 heures, le soleil fait son apparition, et nous admirons les magnifiques paysages de monts et de vaux.

Saverne et Ferrette sont donc remis à... des temps meilleurs...

Onze participants ce jour.

Texte et photos : Guy, Yves et Denis

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

Mercredi 20 : au Grand Ballon

Le dénivelé annoncé de 1150 m n'a pas découragé vingt randonneurs de gravir la pente menant au plus haut sommet des Vosges : le Grand Ballon.

La température était idéale : fraiche. Le soleil était également présent en basse altitude. Seule crainte, de gros nuages noirs nous menaçaient au sommet du Grand Ballon.

Départ de Guebwiller en direction du col de Peternit et de Munsteraercherle. Une petite pause pour reprendre des forces avant de s'attaquer à la pente très abrupte menant à Ebeneck puis au col de Judenhut.

Nouvelle halte pour l'assaut final du Grand Ballon. La montée vers le sommet nous a permis de découvrir en contre-bas le lac du Ballon, la ferme du Haag et le Storkenkopf, plus haut sommet des Vosges après le Grand Ballon.

Visite du radar avec photo du groupe et du monument des Diables Bleus, retour au self pour le repas. La longue descente nous a permis de découvrir la ferme du Grand  Ballon, le carrefour du Firstacker et le Sudel.

Le beau village de Rimbach vu des hauteurs et la légère remontée vers le col de Peternit ont bouclé la randonnée du jour avant la descente vers le parking de Guebwiller.

Texte : Nicole & René Schmitt

Mercredi 27 : autour du lac de Longemer

La réalité confirme très souvent les clichés, c’est ainsi que les quinze randonneurs ont durant cette journée, dû se protéger contre quelques ondées alors qu’à Colmar la météorologie était plus clémente. Mais les paysages apparaissent avec d’autres couleurs, sachons donc apprécier…

Les randonneurs ont d’abord découvert le magnifique site du lac de Lispach, mais recouvert en grande partie d’une tourbière humide et sèche. Le groupe s’est dirigé vers les Champis pour prendre un casse-croûte bienvenu. Ensuite la randonnée  s’est poursuivie par la station de la Belle Hutte et le col des Faignes (ou Feignes) sous Vologne, ce qui a permis de longer l’étang/tourbière des Faignes.

En patois vosgien, la faigne désigne « la fange, le marais ou le marécage » (source Wikipédia).

Au retour les randonneurs ont découvert les sites de la Boule du Diable et la Roche des Vieux Chevaux.

Cette randonnée a permis d’emprunter des sentiers inhabituels pour les randonneurs de Colmar mais avec des passages  très escarpés.

Texte et photos : Guy et Jean-Paul

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

C'était en août, avec les randonneurs
commentaires

C'était en août, avec les séniors

Publié le 7 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Séniors

C'était en août, avec les séniors

Mercredi 13 : sur les crêtes, autour de Huss

Pour cette sortie , nous partons du col du Platzerwasel pour nous rendre à la ferme Huss pour le repas de midi.

Trois heures de marche prévues pour cette matinée.

La journée commençait agréablement sous un ciel assez clément. Mais plus nous avancions sur notre chemin et plus il pleuvait.

Comme tout bon marcheur avisé du Cub vosgien, chaque participant avait de quoi se protéger de la pluie, mais au bout d'une heure nous étions tous trempés jusqu'aux os et le vent soufflait fort.

D'un commun accord nous avons pris le bus pour terminer notre randonnée vers la ferme Huss. L'ambiance sur la route des crêtes était automnale, vent, forte pluie et épais brouillard !

Après le repas, le temps au sommet était à nouveau menaçant, et notre marche prévue vers Mittlach a été annulée. Nous avons donc repris le bus pour la vallée où un beau soleil nous narguait.

Petite journée un peu particulière mais bien sympathique, car elle a permis aux participants de se retrouver pour quelques heures de convivialité.

Texte et photos : Suzy

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

Mercredi 27 : vers le Bonhomme

Pour cette sortie nous nous sommes rendus dans la région du Bonhomme.

Une fois de plus, la pluie s'est invitée pour cette sortie et nous a accompagnés une bonne partie de la journée. Mais d'un commun accord les séniors ont décidé de braver ce mauvais temps !

Et en fin de balade à l'approche du village du Bonhomme, nous avions même un rayon de soleil nous permettant d'admirer le panorama qui s'offrait à nous.

Dans la matinée nous avons passé près du col des Bagenelles qui culmine à 903 m, sans pouvoir profiter des panoramas qu'on dit saisissants, mais qui ce jour étaient cachés par une brume épaisse.

Pour le repas de midi, nous nous sommes attablés à la ferme-auberge "La graine Johé".

C'est après le repas que les participants ont décidé d'entreprendre la descente vers le village du Bonhomme malgré une météo capricieuse. La récompense se trouvait au bout du sentier panoramique, car le soleil fit son apparition, nous permettant d'avoir une jolie vue sur les différents vallons.

Comme quoi l'entêtement des séniors face à la pluie avait porté ses fruits ! 

Texte et photos : Suzy

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

commentaires

Mercredi 10 septembre - Randonnée au Kaiserstuhl

Publié le 5 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Randonneurs

"Wanderer", Andreas Hösch, Bötzingen

"Wanderer", Andreas Hösch, Bötzingen

C'est dans le massif du Kaiserstuhl que nous emmènera la randonnée de ce mercredi 10.

Au programme : forêts, vignes, sentiers creusés dans le lœss.

  • Itinéraire : Liliental, les sequoias "Mammut", Dachsbuch, Strümpfehköpfle, Bickensohl, Eschbach, Ensenthalhütte, Hohlgasse, Liliental
  • Distance : 18 km
  • Dénivelé : 500 m
  • Durée de marche : 5 h
  • Équipement : chaussures de randonnée, vêtements de pluie
  • Repas tiré du sac
  • Retour à Colmar vers 18 h

Rendez-vous à 8 h 30 au parking du capitaine Dreyfus de Colmar pour covoiturage

Guides : Jean-Pierre Béringer avec Denis Vouin

Mercredi 10 septembre - Randonnée au Kaiserstuhl

En savoir plus :

LE KAISERSTUHL

Le Kaiserstuhl, d’origine volcanique (environ 15 millions d'années), s’étend sur environ 16 km du nord au sud, 12 km de l’ouest à l’est. Son nom « Trône de l’Empereur » serait l’évocation d’une journée de jugements en 994, par le roi Otton III (deux ans avant son couronnement en tant qu’empereur)…

Son point le plus élevé est le Totenkopf (« La Tête de mort », 557 m), facilement repérable par son antenne de télécommunications. Il héberge de nombreuses plantes rares, comme par exemple des orchidées, et est le lieu de nombreuses randonnées pédestres avec des vues splendides sur la Forêt-Noire, la plaine d'Alsace et les Vosges.

Il règne, à certains endroits du Kaiserstuhl, un climat à tendance méditerranéenne, sec du fait des Vosges qui font naturellement barrière à la pluie en provenance de l'océan Atlantique. Ceci explique la présence importante d'espèces animales et végétales aimant la chaleur. C’est, par exemple, l'un des lieux qui présente la plus grande diversité d'orchidées en Europe (plus de trente espèces recensées). Ici vivent également des lézards verts et des mantes religieuses , des espèces plutôt familières dans le bassin méditerranéen. Le chêne pubescent, également présent dans le massif, est une plante commune en Europe du sud. Ces espèces vivent dans une aire biologique disjointe, donc séparées de leur zone de répartition normale. Ceci est un reliquat d'une période chaude post-glaciaire durant laquelle régnait un climat nettement plus doux dans une vaste région qui englobait le Kaiserstuhl. À la fin de cette période chaude, ces espèces n'ont pu survivre dans la région que dans ce massif bénéficiant d'un microclimat.

LA TRANSFORMATION DU PAYSAGE ET SES CONSÉQUENCES

Des terrasses ont été aménagées très tôt pour permettre l'exploitation agricole de cette terre fertile. Elles sont aujourd'hui majoritairement utilisées pour la culture de la vigne mais aussi pour la culture d'arbres fruitiers ou des légumes.

Vers 1950, on commença à regrouper les anciennes terrasses. Cela se transforma ensuite en remembrements plus importants qui modifièrent par endroit complètement l'aspect originel du site. Les transformations les plus importantes eurent lieu entre 1970 et 1980.

Ces travaux n'ont pas été sans conséquences sur l'environnement. Ainsi, en 1983, le Kaiserstuhl a reçu l'équivalent d'un tiers des précipitations moyennes annuelles durant la seule semaine de la Pentecôte, ce qui eut pour conséquence d'importants dégâts dus au ruissellement incontrôlé des eaux qui ont provoqué l'effondrement de nombreux talus et terrasses avec leur végétation. Depuis, les exploitants s'appliquent à réhabiliter la forme des terrasses afin de corriger les défauts les plus importants de cette transformation du milieu naturel.

LE LÖSSHOHLWEGE-PFAD

Le Lösshohlwege-Pfad, littéralement l’itinéraire des chemins creux du lœss est l’une de ces balades étranges et superbes sur un site où le lœss s’est déposé de manière spectaculaire sur plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur.

Le lœss, roche sédimentaire, est une terre limoneuse meuble, de couleur jaune-brun. Elle est généralement riche en calcaire, fertile, composée d'éléments fins, qui a le plus souvent été transportée par le vent et que l'on trouve en de nombreuses régions du globe comme la Chine, l'Europe centrale, la vallée du Rhin, l'Amérique du Nord, l'Argentine.

Le mot est issu de l’allemand Löß, formé vers 1845 par le géologue von Leonhard, probablement à partir de l’alémanique lösch « peu compact, meuble ». Los signifiant « détaché, qui ne tient pas ». L’étude du lœss est importante pour ce qui concerne l’étude du paléoclimat. Les dépôts de lœss constituent une véritable archive du climat.

Le lœss s’installe à l’ère quaternaire (2,5 Ma). Il se dépose en période froide et sèche et recouvre le sol comme un couvercle dont l’épaisseur atteint 40 mètres dans le Kaiserstuhl. Le lœss de couverture le plus récent date de la fin du Wurm et s'est déposé il y a 25 000-13 000 ans (à la même époque que la dernière glaciation de nos régions).

Les seuls restes fossiles que l'on trouve dans le lœss sont des ossements de mammifères et de petites coquilles de mollusques, plutôt terrestres qu'aquatiques. Quand le lœss repose sur un sous-sol perméable, il constitue des terres très fertiles. En effet, les terres lœssiques sont réputées favorables à l'agriculture, en particulier grâce à leur capacité de rétention en eau. Les régions lœssiques sont traditionnellement des terres à blé, par exemple : la Beauce ou, en Chine du Nord, la vallée du Fleuve jaune (voir la note ci-dessous)

Les chemins dans le lœss se sont creusés par l’action des hommes, des animaux, des moyens de transport (par exemple les « Ochsenkarren », chars à bœufs). Ils sont progressivement lavés par l’érosion et deviennent imperméables. Cette structure géologique favorise les microclimats (zones chaudes, mais fraiches à l’ombre) et la richesse des écosystèmes particuliers riches en diversité d’animaux et de plantes.

L’aménagement des terrasses, en particulier pour l’exploitation du vignoble, existe depuis le Moyen Âge.

C’est depuis les années quatre-vingts que ces zones sont mises en valeur, entretenues, conservées et protégées. Mais 80 % des « Hohlgassen » sont maintenant perdus.

La technique des « feux de broussailles » se pratique en hiver pour la régénération. Ils sont sans danger pour les animaux hivernant : la température est d’environ 60°C au sol alors qu’elle atteint 650°C à hauteur des genoux.

 

Note : En Chine, les problèmes d'érosion peuvent devenir catastrophiques. Les taux d'érosion de ces régions agricoles sont considérables. Les désordres concernent non seulement l'agriculture mais le fonctionnement hydrologique (avec ses conséquences sur les écosystèmes aquatiques sur l'ensemble du tracé des cours d'eau) et la remise en suspension des sédiments lœssiques qui entraînent de véritables tempêtes de sable jusque dans la région de la capitale chinoise. Il s'agit d'un véritable processus de désertification.

commentaires

Dimanche 14 septembre - Les Vosges du Nord, en itinéraire découverte

Publié le 3 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Autres

Dimanche 14 septembre - Les Vosges du Nord, en itinéraire découverte

Au programme de la journée, le circuit des quatre châteaux-forts transfrontaliers (Vosges du Nord - Palatinat)  et le chemin de mémoire de la bataille du 6 août 1870 (Woerth-Frœschwiller)

Dans le cadre de ses sorties « Itinéraire découverte », le Club vosgien de Colmar vous propose de partir à la découverte du Parc naturel régional des Vosges du Nord et plus précisément le secteur de Woerth-Lembach.

Après la visite guidée du Fleckenstein, formidable place forte intégrée à un éperon rocheux, nous effectuerons une randonnée d’accès facile qui nous fera découvrir les sites du Lœwenstein, Hohenburg et Wegelnburg sur les marches de l’Outre-Forêt et du Palatinat.

Le programme se terminera par la découverte du circuit de mémoire consacré à la bataille de Woerth - Froeschwiller avec la célèbre charge des cuirassiers de Reichshoffen.

 

  • 8 h : départ en autocar Place de la Gare, à Colmar
  • 10 h 30 : visite guidée du Fleckenstein.
  • Après le repas tiré du sac ou à la cafétéria du château (petite  restauration  rapide), randonnée de difficulté moyenne vers le Gimbelhof, le Lœwenstein, le Hohenburg et le Wegelnburg (prévoir un équipement adapté à une randonnée de difficulté moyenne, environ 300 mètres de dénivelé, durée :   2 h - 2 h 30)
  • Vers 15 h 30 - 16 h, découverte du site de la bataille de Woerth-Frœschwiller du 6 août 1870.
  • Arrivée à Colmar vers 19 h - 19 h 30.

Prix : 26 € par personne comprenant le transport et la visite guidée (à régler au départ de préférence par chèque à l’ordre du Club vosgien Colmar)

Inscription au 03 89 20 10 51 (ADT) jusqu’au jeudi 11 septembre à 12 h.

Renseignements auprès de : Jean-Pierre Ingold - 03 89 79 65 25 ou 06 61 82 08 94 et Robert Brendel - 03 89 23 06 78 ou 06 13 53 15 89

Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir
Cliquez sur la photo, pour l'agrandirCliquez sur la photo, pour l'agrandir

Cliquez sur la photo, pour l'agrandir

commentaires

Mercredi 10 septembre - Sortie séniors vers le Petit-Ballon

Publié le 1 Septembre 2014 par Club vosgien Colmar dans Séniors

Le Petit-Ballon (vue aérienne, Géoportail)

Le Petit-Ballon (vue aérienne, Géoportail)

Ce mercredi 10 aura lieu la prochaine sortie des séniors du Club vosgien de Colmar dans la région du Petit-Ballon.

L’itinéraire de la randonnée sera le suivant : départ du parking du Kegelritz (au-dessus du Kahlenwasen), début de la crête du Steinberg, Grothkopf, retour sur losange bleu Rothennbrunnen, Strohberg (ferme-auberge) où nous déjeunerons.

Le trajet de l’après-midi se fera en direction de Wasserbourg jusqu’au parking de l’auberge du Ried, en passant par le Buchwald et en empruntant le sentier E. Herzog.

  • Durée de la marche : 3 h le matin, 1 h 30 l’après-midi.
  • Dénivelé positif 200 m. Dénivelé négatif 200 m.
  • Bonnes chaussures et bâtons de marche recommandés.

Départ : 8 h15 à la gare de Colmar avec arrêt place Saint-Joseph, retour à 16 h au ried de Luttenbach.

Les inscriptions (27 €, transport et repas) ont lieu à l’agence LK-Tours, passage Saint-Martin à Colmar, jeudi 4 septembre à partir de 9 h.

Les accompagnateurs sont : Daniel, Henri, Berthe et Marie-Odile.

Le Petit-Ballon (Géoportail)

Le Petit-Ballon (Géoportail)

commentaires
<< < 1 2