> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le mercredi 7 octobre au Grand Ballon avec les randonneurs

Publié le 13 Octobre 2020 par Club vosgien Colmar in Randonneurs

LES SEPT TEMERAIRES

En dépit de conditions météorologiques des plus défavorables, ils étaient sept
randonneurs au rendez-vous, (plus l'organisateur) prêts à en découdre avec
les 900 mètres de dénivelé du Grand Ballon à braver pluie, rafales de vent et le
froid : 3 degrés au sommet. 
Dès la sortie des voitures, à Linthal, le ton est donné : la pluie est au rendez-
vous. Se rajoute l'écoulement de minuscules filets d'eau dégoulinant des
feuilles et des branches...
Nous attaquons la montée, par les escaliers menant au monument Brun. A
partir de là, deux options sont possibles, la voie directe, ou par les cascades.
C'est l'option que nous retenons, et c'est la bonne. La pluie de ces derniers
jours a en effet fait gonfler le Belchenseebach, et c'est un beau spectacle de
cascades successives qui s'offre à nos yeux. Le rugissement des cascades du
nom de Seebach, est amorti par le sous-bois.
Arrivés au lac du Ballon, surprise !
Nous y croisons un employé du Département du Haut Rhin chargé de la
surveillance des lacs. Nous échangeons quelques mots, sans nous attarder
sur la digue exposée.
« Il est mignon » lâche l'une de nos randonneuses, visiblement sous le charme
de notre interlocuteur et du romantisme de l'environnement.
Ah oui et nous ?
« Mais non, vous l'êtes tous se rattrape-t-elle » ne souhaitant pas finir sa
randonnée toute seule. (Humour)
A l'arrivée du col Haag le Grand Ballon est invisible : les nuages accrochent le
sommet. Je suggère de filer droit sur l'auberge et d'éviter la boucle sommitale,
en l'absence de visibilité et des rafales de vent. Ni protestation, ni «vent de
contestation» Nous admirerons la vue, le radar, le monument des Diables
Rouges à notre retour sur photo.
Au refuge, on s'en étonnerait, il y a peu de monde, en dehors d'un groupe
d'une quinzaine de randonneurs.
«Un groupe de jeunes devait venir, mais ils ont décommandé» reconnaît
l'exploitant. Entendez-par là «seuls les vieux sortent par un temps pareil»
suggère l'un d'entre nous. Il est vrai qu'ils auraient fait baisser la moyenne
d'âge !

 

Quelques précisions sur le Lac du Ballon et les cours d'eau en Alsace :

Les lacs de Haute Alsace sont pour beaucoup d'alsaciens le symbole
d'une nature préservée, voire exempte de l'intervention humaine. Il est
vrai que ces lacs localisés dans le fond d'impressionnants cirques
glaciaires formés lors de la dernière glaciation, offrent à leurs visiteurs
des paysages enchanteurs.

« L’importance des lacs pour les hommes.

La plupart de ces lacs auraient disparu si l’homme n’était pas intervenu. Ainsi
certains, comme celui du Lachtelweiher ou le lac Blanc, ont vu leur digue naturelle
surélevée. D’autres, qui étaient d’anciens lacs devenus tourbières, ont été
«ressuscités» par la construction d’une digue artificielle surmontant le verrou
glaciaire : c’est, par exemple, le cas du lac d’Alfeld, du lac de la Lauch ou de celui de
l’Altenweiher. Enfin, quelques-uns d’entre eux ont été créés de toutes pièces, comme
le lac de Kruth–Wildenstein ou celui de la Lauch. Tous ces travaux ont finalement
permis de régulariser l’écoulement des eaux au cours de l’année pour les activités
humaines des vallées. Il est vrai que le problème du ravitaillement en eau a toujours
été une question épineuse à l’est du massif des Vosges granitiques. En effet ce
secteur alsacien, abrité au pied oriental des Vosges, ne reçoit que de faibles
précipitations: c’est ce que l’on appelle l’«effet de foehn».

De plus, les cours d’eau sont principalement alimentés par des sources, qui sont des résurgences de nappes phréatiques de faible importance, et par le ruissellement. Or, les crêtes et les flancs du massif vosgien cristallin, souvent dénudés, ne retiennent pas l’humidité et les vallées raides et courtes provoquent un écoulement rapide de l’eau des ruisseaux.

Ainsi, paysans et meuniers se disputent depuis toujours l’eau disponible. Pendant
longtemps, les inondations et les sécheresses étaient régulières. De plus, à partir du
XIXe siècle, les besoins en eau augmentèrent avec l’industrialisation des vallées. On
eut alors l’idée de créer des retenues d’eau dans les cirques glacières dans le but
d’accumuler, durant les saisons favorables, des réserves d’eau, afin de compenser le
déficit en précipitations des mois secs. Le lac du Ballon pourrait être le plus ancien
réservoir de ce type. Il a été aménagé sous Vauban en 1669, afin de permettre
l’alimentation en eau du canal de Neuf-Brisach.

«Les visages de l'eau en Alsace» par Emmanuel Claerr

Rappel : chaque lac a sa légende, voici celle du Lac du Ballon 

Le carrosse d’or du lac des Ballons. Il est raconté que certaines nuits de pleine
lune, un carrosse d’or, reposant le reste du temps au fond du lac, revient à la
surface.
Si à la montée le paysage en sous-bois est fermé, il offre en revanche de beaux points
de vue sur la vallée et sur la plaine dans la descente, notamment dans les chaumes du
Roedelen, et c'est bien la plaine d'Alsace que nous voyons au loin, illuminée par les
rayons de soleil.

Après le Roedelen, c'est le Gustiberg, une Ferme Auberge traditionnelle loin des
bruits de la route des Crêtes. On y accède à pied ou par les chemins forestiers 
«la Petite Maison dans la Prairie».

Ils étaient sept Téméraires (plus l'organisateur) de retour au Monument Brun, (voir
ci-après) à braver la pluie les rafales de vent, le brouillard, dégoulinant sur la cape,
sous la cape, mais ravis d'avoir relevé le défi et de cet effort partagé.
(Toute ressemblance ou analogie avec un film célèbre ou avec ses acteurs est
purement fortuite).

Marie Pierre Paul Gaston Brun est né le 19 janvier 1890 à Herrlisheim. Il a rejoint à la
mobilisation son unité : le 5ème régiment d'artillerie à Besançon, puis il est affecté
au service de Renseignement de Belfort. Il est initié au rôle d'éclaireur d'agent de
renseignement et de liaison. Lors d'une mission dans la vallée du Florival, il arrive
accompagné de deux hommes devant la grande barricade installée à la sortie ouest
de Linthal. N'ayant pas répondu aux sommations faites par la sentinelle française,
cette dernière fit feu et Gaston s'écroula mortellement blessé.

 

Le Grand Ballon :
https://www.tourisme-guebwiller.fr/fr/que-faire/lieux-de-visite/F232005806_le-
grand-ballon-soultz-haut-rhin.html

Le 10 octobre 2020
André

C'était le mercredi 7 octobre au Grand Ballon avec les randonneurs
Bravo à Guy, Anne, Martine, Jean-Paul, Millie, Francine et Jean-Paul

Bravo à Guy, Anne, Martine, Jean-Paul, Millie, Francine et Jean-Paul

C'était le mercredi 7 octobre au Grand Ballon avec les randonneurs