> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le mercredi 30 septembre avec les randonneurs, au Honneck

Publié le 8 Octobre 2020 par Club vosgien Colmar in Randonneurs

Objectif de la randonnée : revisiter les alentours du Massif du Hohneck et ses joyaux : Le Frankenthal – Le Sentier des Mulets – Les cascades du Stolz Ablass - L'histoire du Tramway du Hohneck.

La randonnée démarre au Gaschney vers la gauche en sous bois, puis contourne la face nord du Petit Hohneck, à altitude sensiblement constante ; après 45 mn, il aborde les rochers de la Bloy et devient accidenté (prudence, les rochers ne sont pas partout
bien équipés). Il arrive enfin dans le cirque du Frankenthal.

Dés le départ de la station on constate au vu des combes du Schalleren un versant est tombant en abrupt. L'explication de cette dissymétrie : l'affaissement il y a 30 millions d'années de la partie centrale d'un ensemble montagneux englobant Vosges et Forêt Noire, avec la conséquence de la formation du Fossé de la Plaine d'Alsace.

A l'extrémité du sentier on débouche sur le cirque du Frankenthal avec en cours de route quelques belles vues sur le cirque.

 

C'était le mercredi 30 septembre avec les randonneurs, au Honneck

Ici on y découvre le cirque glaciaire, une perle rare, avec son caractère alpin marqué, un des sites les plus prestigieux du massif (source PNRBV) vers la droite, l'impressionnante et hallucinante Martinswald (c'est à la fois le site d'escalade, et le massif), le couloir principal du Falimont, et les couloirs annexes.

Avec sa tourbière classée, sa flore avec ses espèces rares, sa faune, le Frankenthal ne peut que susciter l'émerveillement.

Petit arrêt, puis c'est la descente vers les Cascades du Stolz Ablass.

Ces cascades offrent un spectacle magique surtout lorsque le débit est important. L'aménagement de petits ponts en bois, facilite leur traversée et leur observation.
En hiver elles se transforment en cascades de glace, à voir absolument là encore.
La cascade est alimentée par la fonte des neiges et les sources des sommets vosgiens, particulièrement ceux situés vers la Schlucht. Ce n’est pas une cascade mais des cascades car elles sont sur plusieurs niveaux, les plus belles chutes sont visibles du bas, c'est la raison pour laquelle nous faisons un petit détour.

Puis c'est la remontée par le Sentier des Mulets.

Ce dernier a été créé durant la guerre 1914/1918 par les chasseurs alpins français afin d'acheminer vivres et munitions vers le front.

On dit aussi que ce sentier fait référence  aux convois de Mulets qui sillonnaient autrefois la montagne pour faire traverser le massif à toutes sortes de marchandises.
Au débouché au col, nous découvrons le nouveau tracé qui sensibilise dès le départ, le randonneur à la difficulté du terrain.

Déjeuner au col lui-même, un col maintenant avantageusement réaménagé, baigné par le soleil d'automne, et nouvelle plongée dans l'histoire avec la construction de la route, et du tram.

« Une route est créée entre 1842 et 1869. Elle relie la vallée de la Fecht et Colmar à la vallée des Lacs et Gérardmer. Au départ, c'est l'initiative privée qui édifie la première voie carrossable par la famille Hartmann les maîtres d'œuvre jusqu'en 1861. Avant 1858, la famille d'industriels munstériens Hartmann avait fait ériger à l'emplacement de la ferme du col un relais de chasse. Elle l'agrandit sous la forme d'un grand chalet. Pour accueillir durant l'été 1860 Napoléon III et sa cour venus inaugurer la route privée qui établit la communication entre les territoires communaux de Stosswihr (Haut-Rhin) et du Valtin (Vosges), la bâtisse est transformée rapidement en gigantesque chalet-hôtel à la mode suisse. La route est ensuite reprise par l'autorité publique : du Collet vers Gérardmer, elle est construite, notamment, par les services vicinaux du département des Vosges.

Les aménagements effectués à la fin du XIXe siècle ont inversé la tendance. De 1871 à 1918, le col de la Schlucht est un poste frontière stratégique entre la France et l'Allemagne. Pendant cette période, deux lignes de tramway électrique furent ouvertes : la première, en 1904 sur le parcours Gérardmer - Retournemer - la Schlucht - le Hohneck, et la seconde, à crémaillère, en 1907 sur le parcours Munster - la Schlucht. Si la seconde a disparu à cause de la guerre dès 1914, la première fut exploitée jusqu'en 1939, malgré une collision dramatique au Hohneck le 14 juillet 1923 qui fit quatre morts et dix-neuf blessés.

C'est un des points de passage de la route des Crêtes créée par l'armée française pendant la Première Guerre mondiale.

Du col des Bagenelles au Markstein, le corps du génie, pour établir un nécessaire soutien logistique en arrière du front avancé en Alsace, a construit cette route stratégique dès août 1914. Démilitarisée, elle fut ouverte au public et à la circulation après 1920. Ainsi, on peut rester à proximité de la crête principale des Vosges sur une quinzaine de kilomètres vers le nord et sur une quarantaine de kilomètres vers le sud »

La randonnée se poursuit sur le tracé même du tram jusqu'au Col du Falimont. Au col, nous privilégions le contournement du sommet jusqu'au col du Schaefferthal et court-circuitons la descente du Cirque glaciaire du Wormspel et le retour au Gaschney, par le lac du Schiessrothried.

Tant l'ensoleillement du petit sentier en balcon qui relie le Col du Schaefferthal à la Ferme Auberge du Schiessroth, la vue majestueuse sur le massif du Hohneck, du Petit Ballon et les vallées, la découverte de ce sentier alternatif bien souvent méconnu,
nous amènent à privilégier ce tracé, avec aussi le secret espoir de trouver une auberge ouverte, mais rien ! Pff....

André

C'était le mercredi 30 septembre avec les randonneurs, au Honneck
C'était le mercredi 30 septembre avec les randonneurs, au Honneck