> L'actualité du Club vosgien de Colmar

C'était le 15 juillet avec les randonneurs

Publié le 20 Juillet 2020 par Club vosgien Colmar in Randonneurs

Vu la météo, il était en effet inutile de faire de la route, monter à 1284m d'altitude et ne rien voir, cette sortie initialement prévue au Schauinsland en Forêt Noire, a été remplacée par une randonnée dans les forêts communales de Hattstatt et de Pfaffenheim.

C'est sous la pluie que nous sommes partis de Voegtlinshoffen. Sur la proposition de Patrick nous avons pris la direction du chantier du futur Loisium de Voegtlingshoffen, complexe touristique de 100 chambres, dont les récents travaux de terrassement ont mis à nu des marnes multicolores, arc en ciel géologique d'une exceptionnelle beauté de 235 millions d'années. 

Puis nous longeons le mur d'enceinte de l'ancienne abbaye de Marbach, prieuré occupé depuis le XII° siècle par des chanoines réguliers de Saint-Augustin.

Vendue en 1791 au cours de la révolution, son nouveau propriétaire fit démolir pratiquement tous les bâtiments de l'abbaye entre 1791 et 1806. Les deux tours de l'église le sont à leur tour en 1830.

Seuls subsistent encore la ferme et le narthex dans lequel sont organisés des concerts en période estivale.

Nous poursuivons notre chemin, à travers la forêt communale de Hattstatt en direction du col de Marbach. Le sentier nous mène vers le vallon d'Osenbuhr et son ancienne maison forestière transformée en auberge avec gîte. Le lieu a été jadis défriché par les moines de Saint-Marc et l'abbaye est toujours propriétaire des prés. Nous traversons les forêts communales de Gueberschwihr, puis de Pfaffenheim avant d'arriver au Schauenberg, lieu de pèlerinage célèbre fondé au XVe siècle.

Après la pause déjeuner, Patrick nous donne quelques explications sur la roche du Diable, qui aurait élu domicile dans les environs ; n'appréciant que fort peu la montée en puissance de la dévotion autour du Schauenberg il décidait donc de le détruire. D'après la légende, il jeta sur le sanctuaire une énorme roche qui se ramollit comme une motte de beurre. Le Diable y enfonça ses griffes afin de la retenir mais la roche tomba et roula vers l'aval du sanctuaire où elle se solidifia de nouveau. Sur le rocher en question on peut voir la trace de ses griffes, qu'il avait fort grandes ....

Nous continuons vers Pfaffenheim. L'origine de ce village remonte à la période gallo-romaine, voire celte. De l'ancienne église fortifiée ne subsistent plus que le choeur et la sacristie. Profondément transformée en 1836 puis en 1893 avec la construction d'un édifice néo-gothique, le clocher est endommagé le jour de la libération du village.

Puis à travers le vignoble, nous atteignons Gueberschwihr, village viticole avec son clocher roman du XII° siècle, seul vestige de l'église détruite en 1835. Connu dès 728, ce village fortifié était la propriété des comtes d'Eguisheim puis des Evêques de Strasbourg.

Ce n'est qu'à partir du XVIe siècle que le village prospéra grâce à la viticulture. Les maisons de vignerons, à colombage, datent du XVIe siècle.

La randonnée se termine à Voegtlinshoffen, village situé sur un plateau à 340m d'altitude. Connu dès 1188, le vignoble occupait jadis la plupart des habitants de la commune ; on y découvre aussi quelques petites industries de façonnage de bois, de fer et de textile. Aujourd'hui encore, une grande partie des habitants sont viticulteurs, le grand cru Hatschbourg et le muscat faisant la renommée de Voegtlinshoffen.

 Jean-Paul
marnes bariolées Voegtlingshoffen

marnes bariolées Voegtlingshoffen

C'était le 15 juillet avec les randonneurs
C'était le 15 juillet avec les randonneurs
C'était le 15 juillet avec les randonneurs